Un éclaircissement sur Open Badges 2.0

Publication originale – Doug Belshaw – http://dougbelshaw.com/blog/2017/06/14/open-badges-2/

 

 

 

 

 

 

Traduction Philippe Petitqueux

Cela fait cinq ans que la version bêta publique de la spécification Open Badges a été publiée. Depuis lors, la version 1.0 a été publiée (2013), suivie de quelques mises à jour plus modestes. La prochaine version majeure arrive dans les prochaines semaines avec la version 2.0.

J’ai donc pensé que cela valait la peine de prendre le temps d’expliquer ce que cela signifie à la fois sur le plan technique et, plus important encore, d’un point de vue pratique pour ceux qui délivrent, obtiennent et affichent des badges.

Contexte

Bien que Open Badges soit devenu quelque peu un mouvement informel, à sa base il y a une spécification technique. C’est un «standard» dans le sens où ceux qui fournissent des plates-formes et des solutions basées sur celui-ci, le font de manière interopérable. Tout comme les standards Web signifient que vous pouvez utiliser n’importe quel navigateur pour accéder à votre site Web préféré, la spécification Open Badges garantit que tout «fonctionne correctement».

La spécification Open Badges est maintenant gérée par IMS Global Learning Consortium , qui a repris le rôle de la Badge Alliance au début de 2017. Vous pouvez en savoir plus ici sur l’histoire et l’évolution des badges numériques ouverts (Open Badges).

Digitalme s’occupe de l’évolution du sac à badges (Backpack) , l’endroit où les utilisateurs stockent et partagent leurs certifications. J’ai récemment écrit à propos de cela.

La version 2.0 de la spécification Open Badges a été publiée sous la forme d’un document de «cas d’usages et capacités» construit par la communauté. Le travail technique et les discussions autour de celui-ci ont eu lieu par le biais de réunions régulières et ouvertes, et via ce dépôt GitHub .

La plupart des changements proposés décrits par Kerri Lemoie dans son article en septembre dernier (2016 NDT) ont été inclus dans cette mise à jour.

Qu’est-ce qui a changé?

La nouvelle page canonique pour Open Badges 2.0 se trouve sur le site web d’IMS Global Learning Consortium. C’est assez technique, et même le guide «non technique» contient des termes dont beaucoup d’entre-vous ne seront pas familiers.

Les lecteurs de cette publication sont plus susceptibles d’être intéressés par les nouveautés de la spécification. Que pouvons-nous faire différemment de ce que nous avons fait avant? Avant d’étudier cela, regardons ce qui était auparavant possible, en rappelant la différence entre une «classe de badge» (c.-à-d. Les métadonnées contenues dans chaque badge de ce type) et une «assertion» (c’est-à-dire les métadonnées contenues dans un badge qui est unique à l’individu).

 

Image CC BY-ND Bryan Mathers

La version 2.0 de la spécification Open Badges rend les nouvelles fonctionnalités disponibles à la fois dans la classe de badge et dans l’assertion, ainsi que d’autres fonctionnalités «diverses». Voici une liste de ce qui a changé. Abordons celles-ci.

CLASSE DE BADGE

Endossements – un type de badge délivré à tout un ensemble de personnes peut maintenant être endossé par un tiers.
  • Cas d’usage :  des badges délivrés par des enseignants qui sont ensuite endossés par une école et des badges délivrés par des organismes locaux qui sont ensuite endossés par des organismes nationaux et/ou internationaux qui délivrent des diplômes .
Intégration des critères – les critères sur ce qu’un individu a dû faire pour obtenir un badge peuvent maintenant être incorporés directement dans la classe de badge, en utilisant le format Markdown. Auparavant, les émetteurs devaient fournir un lien hypertexte vers une URL sur leur site Web donnant des détails sur les critères du badge.
  • Cas d’usage : pour les émetteurs, la définition des critères de badges sont plus lisibles “par les machines”, ce qui permet à leurs badges d’être plus accessibles. Pour les bénéficiaires, cela permet de montrer en un coup d’œil ce qu’ils ont dû faire pour obtenir le badge, au lieu jusqu’à présent d’obliger les “consommateurs du badge” (ceux qui lisent le badge NDT)  à faire un clic pour accéder à un site externe.

ASSERTIONS

Endossements – un badge délivré à un individu, ou à une partie de l’ensemble du groupe de personnes qui ont obtenu ce type de badge, peut maintenant être approuvé par un tiers.
  • Cas d’usage : des collègues qui vous endossent pour une compétence particulière dans le contexte professionnel (type d’endossement comme LinkedIn, mais dopé aux stéroïdes), et obtenir un endossement d’une personne ou d’une organisation bien connue pour approuver un badge que vous avez déjà obtenu. Cela permet aux badges de prendre de la valeur au fil du temps.
Intégration des preuves – la preuve qu’un individu a respecté les critères d’obtention d’un badge peut maintenant être intégrée dans les assertions, en utilisant Markdown .
  • Cas d’usage :  représenter les types de preuves qui sont acceptables pour satisfaire aux critères d’émission d’un badge et afficher plusieurs éléments de preuve vers un badge unique.
Entièrement portable – les classes de badges et les métadonnées de l’émetteur peuvent être incorporées dans des assertions, ce qui signifie que les badges ouverts ne vont plus dépendre de liens susceptibles de disparaître.
  • Cas d’usage :  les émetteurs qui signent cryptographiquement la totalité des métadonnées associées à un badge améliorent la vérification, et les détenteurs de badges ne seront pas confrontés à des badges «incomplets» si une plate-forme de badges n’existe plus.

DIVERS

Internationalisation – les badges peuvent maintenant être publiés en plusieurs langues, et les utilisateurs peuvent le voir.
Contrôle de la version : la spécification permet désormais de modifier des badges et, comme un wiki, de visualiser les différences entre les versions.
Intégration d’informations sur les images de badges – tout comme les images trouvées habituellement sur le Web ont des balises ‘alt’ pour leur permettre d’être plus accessibles aux personnes handicapées, Open Badges permet désormais d’inclure des informations sur l’image qui les représente. Cela contribue également à rendre les badges plus lisibles par les machines.
Attribution des badges aux identités autres que les courriers électroniques – certains des plus grands reproches faits à Open Badges viennent du fait que l’émission est basée sur le courrier électronique. Désormais, les badges peuvent être délivrés à des identités autres que le courrier électronique, y compris les identifiants de réseaux sociaux et les profils vérifiés.
Amélioration de l’alignement avec des référentiels – alors qu’il est déjà possible d’entrer une URL qui pointe vers un référentiel, la version 2.0 permet à un badge de se référer à plusieurs cadres de compétences / référentiels.

 

Est-ce que tout le monde utilise 2.0 aujourd’hui?

Non. Il appartient aux fournisseurs privés de mettre à jour leurs systèmes. Tous les sponsors de Badge News sont compatibles avec 2.0, et le reste de l’écosystème devrait adopter le nouveau standard dans les prochaines semaines et mois.

Les vérificateurs, les sacs à badges et les émetteurs commencent à être mis à jour pour supporter la spécification 2.0. Une fois que deux vérificateurs open source, deux fournisseurs de sac à badges open source et au moins deux plates-formes émettrices ou applications seront mis à jour pour supporter 2.0, nous nous attendons à ce que l’adoption soit considérée comme finale et 2.0 de devenir la version officielle de Open Badges. ( Source )

Si vous émettez déjà des badges, vous pourriez vous interroger sur la compatibilité entre les différentes versions de la spécification Open Badges. La réponse courte pour 99% des cas d’utilisation est que oui, la spécification est compatible avec la précédente. La réponse plus longue est explorée sur la page IMS Global changes .

Autres lectures

Si vous voulez entrer un peu plus dans les détails, Nate Otto , Directeur des Badges ouverts pour Concentric Sky (et ancien Directeur de la Badge Alliance) a écrit quelques publications utiles (en anglais NDT).